Institut pour une triarticulation sociale

 

 
 
 contact  recherche  impressum 

Rudolf Steiner a posé en 1919 les bases conceptuelles de la triarticulation sociale. Nous avons l'intention de documenter l'ensemble de ses écrits de l'époque et commençons par son oeuvre principale, les Aspects fondamentaux de la question sociale (Kernpunkte der sozialen Frage).

Dans ce livre Steiner répond au marxisme qui réduit la question sociale à sa seule dimension économique en démontrant que le mouvement marxisme lui-même est la preuve du contraire. Celui ci repose en effet - contrairement aux mouvements sociaux qui l'ont précédé - sur une théorie et philosophie des plus complexes, qui montre surtout la soif intellectuelle des ouvriers. Steiner en conclut de l'existence d'une triple question sociale - économique, spirituelle et juridique - et surtout de la nécessité de traiter ces questions de manière indépendante. Changer l'économie devient illusoire, dès que l'on s'imagine avoir du même coup réglé les questions d'ordre juridique et spirituel.

Dans les chapitres reproduits ici, Steiner prend pour exemple le rapport entre l'initiative individuelle de l'entrepreneur, le droit du travail et une régulation associative des prix. Une telle économie sociale n'aurait rien à craindre d'une globalisation qui profiterait vraiment à tous. Le capital et le travail humain ayant cessé d'être traités comme une marchandise, plus rien ne s'opposerait à une économie mondiale.

Steiner tire les conséquences de son concept de triarticulation sociale dans un dernier chapitre sur les relations internationales. Les cultures et spiritualités doivent établir entre elles des relations qui ne dépendent plus de celles entre les Etats ou des échanges économiques. Un marché mondial ne signifie pas automatiquement une paix mondiale.

L'effondrement du socialisme et du World Trade Center montre la pertinence d'une telle mise en garde. Le primat de l'économie est la superstition des temps modernes.

Aspects fondamentaux de la question sociale
Rudolf Steiner, 1919

Traduction française révisée par Sylvain Coiplet, 1999-2001

 

Préface et introduction
Remarques préliminaires sur l'intention de cet ouvrage
1. Le véritable aspect de la question sociale, telle qu'elle se pose dans la vie de l'humanité moderne
2. A propos des questions et nécessités sociales,
 recherche des solutions exigées par la vie et conformes à la réalité

3. Le capitalisme et les idées sociales
4. Relations internationales des organismes sociaux